journée technique du jeudi  7 décembre 2017 à l’INSEP

Nouveaux publics, nouveaux enjeux : comment les acteurs du sport peuvent faire évoluer leurs modèles socio-économiques.

Retrouvez ici la synthèse de la journée technique en version pdf

L’économie sociale et solidaire (ESS) connait une percée remarquable dans l’économie nationale

Monsieur Bruno BETHUNE (Sous-directeur de l’emploi et des formations au Ministère des sports) rappelle que cette journée technique s’inscrit dans la continuité d’une démarche nationale sur les activités physiques et sportives comme facteur d’inclusion sociale des personnes vulnérables. La diminution des aides publiques, l’évolution des attentes des usagers et des pratiques nouvelles, la professionnalisation de l’encadrement marquent une évolution significative. L’économie sociale et solidaire (ESS) connait une percée remarquable dans l’économie nationale et concerne notamment le milieu sportif en raison de la place prépondérante qu’il occupe dans le secteur associatif. Un chantier sur la gouvernance du sport sera lancé début 2018. La direction des sports s’est engagée dans un grand plan d’actions sur l’économie sociale et solidaire dans le sport. 

Il faut être capable d’imaginer, d’oser, d’innover pour ne pas se retrouver en situation délicate.

Monsieur Denis MASSEGLIA (Président du CNOSF) souligne que les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 en France, peuvent être un formidable accélérateur pour que nous puissions être plus opérationnels. Le CIO lui-même se remet en question et cherche à être plus efficient (comment être meilleur en dépensant moins). Le club est en danger car il n’a pas lui-même évolué pour devenir plus opérationnel par rapport à une demande et des comportements qui changent.

Il faut être capable d’imaginer, d’oser, d’innover pour ne pas se retrouver en situation délicate. Les journées comme aujourd’hui vont contribuer à montrer qu’il y a d’autres voies. Il faut montrer qu’on est capable d’évoluer. Comment faire pour être plus performant demain ?

 programmecahier-technique

Cabinet KPMG – Présentation de l’étude « Modèles socio-économiques des associations employeuses : quelles stratégies d’évolution ? »


 pw-65x300Support de présentation

pw-65x300Étude KMPG modèles socio-économiques associatifs

Eve DURQUETY – Responsable de développement
Alexandre DE FROISSARD – Manager Economie sociale et solidaire, spécialiste du secteur sportif

 

 

SED Conseil – L’évolution du modèle économique des associations sportives est-elle une nécessité ? Si oui, quels sont les moyens possibles ?

pw-65x300Support de présentation

http://sed-conseil.fr

Bernard NICOLAÏDIS – Consultant associé

 

 

Ateliers « retours d’expériences »

Atelier 1 – Toulouse aviron sport et loisirs (TASL) : comment un club traditionnel a fait évoluer son modèle économique pour développer une offre de pratique pour les publics fragilisés.
Atelier 2 - Association Rebonds ! (éducation et insertion par le rugby) : comment un club de rugby repense son modèle économique au service de son action d’éducation et de médiation sociale
Atelier 3 - Comité régional sports pour tous des Pays de la Loire : comment un comité régional structure son projet socio-éducatif pour qu’il soit durable et au cœur de ses préoccupations
Atelier 4 - UFOLEP : comment une fédération a mis en place une démarche nationale de modélisation et de consolidation socio-économique de ses comités départementaux et régionaux
Atelier 5 - UCPA : comment l’UCPA transforme sa manière d’entreprendre pour se mobiliser au service du sport pour tous

 

 

Synthèse des ateliers

Angelica TRINDADE-CHADEAU – Chargée d’Etude à l’INJEP

Conclusion de Bernard AMSALEM ( vice-président du CNOSF)

« L’ESS, c’est 2400.000 salariés en 2016 (10,5% des emplois)
Par son mode de gouvernance, pour ses finalités : l’ESS, témoigne que l’on peut entreprendre autrement !
Ce modèle économique est innovant, dans son économie de partage, sa gestion démocratique, son modèle collaboratif, dans l’intérêt général, qui est le moteur de ce nouveau modèle économique.

Le sport est à un tournant :
–        L’évolution des pratiques sociétale (Ubérisation)
–        L’évolution du territoire (Inter-régions, grandes régions)
–        La baisse des subventions publiques

Ces évolutions nous conduisent à repenser notre organisation, notre gouvernance et notre offre de pratiques ; tout en préservant nos valeurs et notre éthique.
–        L’ESS est une opportunité pour répondre à ces évolutions
–        La loi du 31/07/2014 est une reconnaissance institutionnelle.
–        Le sport devient une activité économique dans le cadre du projet associatif
–        Le modèle socio-économique doit être au service du projet

Muhammad YUNUS (prix Nobel et ambassadeur de PARIS 2024) a déclaré : «  PARIS 2024 sera aussi les JOP de l’économie sociale »

Je pense que le sport et l’avenir de l’organisation de nos fédérations doit s’inscrire dans le domaine de l’ESS.

Je remercie la Direction des sports et le pôle ressources national « sport, éducation, mixités, citoyenneté » d’avoir pris l’initiative de l’organisation de cette première journée de sensibilisation sur l’économie sociale et solidaire.

Je vous remercie de votre participation nombreuse.

Il faudra d’autres journées de ce type pour approfondir notre connaissance de cette évolution nécessaire des fédérations. »